Les personnes sont de plus en plus nombreuses à vouloir rompre avec l’individualisme. Leur souhait est de recréer du lien social tout en conservant leur intimité. C’est de cette volonté qu’est né le cohabitat ou cohousing. Voici en quoi il consiste et ses avantages.

Qu’est-ce que le cohabitat ?

cohabitatLe cohabitat est un concept qui vient du Danemark où il a vu le jour au début des années 1960. Il décrit des quartiers qui combinent l’autonomie des logements privés avec les avantages des ressources partagées et de la vie en communauté.

Les résidents sont généralement propriétaires de leur logement individuel, qui est regroupé autour d’une maison commune avec des commodités partagées. Ces équipements peuvent comprendre :

  • une cuisine et une salle à manger,
  • une salle de jeux pour les enfants,
  • des ateliers,
  • des chambres d’amis,
  • un bureau à domicile,
  • un espace d’art et d’artisanat,
  • une buanderie,
  • etc.

Chaque maison est autonome et dispose d’une cuisine complète, mais des dîners préparés par les résidents sont souvent disponibles dans la maison commune pour ceux qui souhaitent y participer. Dans certaines communautés, les participants se joignent à une équipe de cuisine une ou deux fois par mois et dégustent les repas préparés par les autres résidents les autres soirs du mois.

Les caractéristiques du cohabitat

Le cohabitat est une approche visant à créer une communauté. Souvent appelé communauté intentionnelle, il s’agit en réalité de personnes vivant d’une manière qu’elles ont elles-mêmes conçue intentionnellement.

Le cohabitat, ce sont des gens qui se rassemblent pour construire un quartier qui incarne des valeurs particulières. Ces valeurs sont généralement liées à une vision commune de la vie d’une certaine manière. Le plus souvent, ces valeurs sont liées au fait de vivre d’une manière qui accroît la connectivité, l’esprit de solidarité et la conscience de l’environnement.

Les caractéristiques communes du cohabitat :

  • Le cohabitat est un équilibre entre la vie privée et la communauté
  • Les développements se font généralement entre 10 et 40 ménages pour rendre les interactions aussi faciles que possible
  • Les résidents sont les décideurs et les décisions sont souvent basées sur le consensus
  • Les cohabitants sont inclusifs et font partie de la communauté au sens large

Bien que le cohabitat soit principalement axé sur la vie en communauté, il est différent d’une commune. Les résidents ont leur propre maison qui entoure des espaces communs où les gens peuvent se rencontrer, manger ensemble et partager des ressources. Le cohabitat ne consiste pas à forcer les gens à manger ensemble tous les soirs et à imposer des règles strictes. Les résidents décident quand et comment ils veulent interagir.

Les résidents des cohabitats participent à la planification, à la conception, à la gestion continue et à l’entretien de leur communauté, en se réunissant fréquemment pour aborder chacun de ces processus. Les quartiers de cohabitats ont tendance à offrir une conception respectueuse de l’environnement avec une orientation piétonne. Ils comptent généralement de 10 à 35 ménages, avec un mélange multigénérationnel de célibataires, de couples, de familles avec enfants et de personnes âgées.

Le niveau d’interaction sociale et de partage des ressources varie d’une communauté à l’autre. Le développement d’un cohabitat ne semble limité que par l’imagination, le désir et les ressources du groupe de personnes qui créent activement leur propre quartier. Les cohabitats sont fondés sur des principes démocratiques qui n’épousent aucune idéologie autre que le désir d’un environnement domestique plus pratique et plus social.

Les avantages du cohabitat

Le cohabitat offre une intimité personnelle combinée aux avantages de vivre dans une communauté où les gens connaissent leurs voisins et interagissent avec eux. Il s’agit de vivre d’une manière qui soit adaptée à un monde qui a changé de façon spectaculaire au cours des cinquante dernières années. Ce monde dans lequel la vie à la maison a changé, les femmes font partie intégrante de la population active, les limites des ressources et les préoccupations environnementales sont en augmentation et beaucoup de gens se sentent dépassés.

Le cohabitat offre de l’espoir dans notre société souvent dissociée. Grâce au cohabitat, nous pouvons construire un meilleur endroit pour vivre, un endroit où nous connaissons nos voisins, un endroit où nous pouvons profiter d’un riche sentiment de communauté et contribuer à un monde plus durable.

L’achat partagé permet de voir plus grand

La nature collective des communautés intentionnelles signifie souvent que lorsqu’un groupe met ses ressources en commun, les membres peuvent augmenter considérablement leur pouvoir d’achat.

Bien que toutes les communautés intentionnelles ne soient pas toutes grandes, la propriété collective permet aux groupes de partager également d’autres ressources, comme des espaces de réunion, des buanderies ou des ateliers.

Le cohabitat est bon pour l’environnement

L’une des valeurs fondamentales du cohabitat est la durabilité environnementale. Cela se traduit par la préservation des espaces ouverts, l’utilisation de matériaux et de techniques de construction écologiques, la réduction au minimum de l’intrusion des voitures et la prévalence de systèmes communautaires d’énergie renouvelable. Le sentiment de communauté créé dans ces quartiers est l’ingrédient secret de la durabilité, permettant aux gens d’avoir un impact collectif, d’être de bons intendants avec leurs voisins. Un quartier aussi animé permet aux résidents de socialiser près de chez eux, et aux parents de réduire les allers-retours interminables de leurs enfants pour aller jouer.

De nombreuses coopératives de logement et projets de co-logement partagent non seulement l’espace, mais aussi les ressources. La cuisine et la nourriture communes permettent d’économiser à la fois de l’énergie et de réduire les déchets alimentaires. En outre, les communautés intentionnelles sont plus susceptibles de participer à des activités pro-environnementales telles que le covoiturage, les laveries collectives et, dans certains cas, sont autosuffisantes.

Sécurité et sûreté

Vivre dans une communauté où tout le monde est un visage familier offre un niveau de sécurité supplémentaire. Les enfants peuvent courir librement et frapper à la porte de leurs camarades de jeu, ce qui leur permet d’acquérir un niveau unique d’indépendance et de confiance avec leurs voisins. Même dans les grandes villes, le cohabitat connaît peu de criminalité et offre une vie sûre et solidaire.

Le cohousing offre plus bien-être grâce à la sociabilisation

Il est prouvé que la vie en communauté, et en particulier le fait de manger régulièrement avec d’autres personnes, peut améliorer le bien-être et peut également réduire le sentiment de solitude.

Certaines communautés ont été créées spécifiquement comme alternative à la vie en solitaire.

Les projets de co-logement construits sur mesure favorisent souvent l’interaction communautaire et ce facteur est intégré dans la conception même du site.

Les communautés aspirent à être inclusives

De nombreuses communautés intentionnelles considèrent l’inclusion comme un principe clé et s’efforcent d’être accessibles à un large éventail de membres. Des politiques d’adhésion attribuent des places aux personnes handicapées, aux personnes issues de groupes ethniques minoritaires ou aux personnes qui s’identifient comme LGBTQ.

Les désavantages du cohabitat

Malgré les nombreux avantages du cohabitat, il faut aussi tenir compte de ses nombreux inconvénients :

  • L’un des principaux problèmes, cependant, est que la planification et le développement de nouvelles communautés d’habitation en cohabitation peuvent nécessiter plus de temps, d’argent et d’énergie que prévu initialement.
  • Le coût de la propriété, qui peut être plus élevé peut rendre l’habitation en cohabitation inabordable.
  • Les propriétaires peuvent ne pas avoir un contrôle total sur leur propriété s’ils décident de vendre, car de nombreuses communautés ont le droit de refuser des acheteurs.
  • D’autres peuvent découvrir qu’ils n’utilisent pas les installations communes mais n’ont aucun moyen d’éviter de payer les cotisations associées puisqu’elles font partie du contrat de propriété.
  • L’habitation en cohabitation peut également être envahissante et restrictive en ce qui concerne la vie privée et l’individualisme.
  • En raison de la nature ouverte des communautés où les membres sont très impliqués dans la vie des autres, les nouvelles et les ragots privés peuvent devenir un sujet de conversation courant.
  • En outre, sans clôture, il est difficile de déterminer où commence et où finit la propriété d’un membre, et l’apparence de la propriété, telle que la couleur de la peinture d’une maison, doit être acceptée par l’ensemble de la communauté dans de nombreux cas. L’encombrement des jouets, outils et autres objets des enfants s’avère également gênant car les espaces de rangement et de garage sont souvent minimes, voire inexistants.

Conclusion

Le cohousing est une façon de vivre différente qui peut être une expérience épatent ou un cauchemar selon votre personnalité et celle de votre famille. Avant de s’engager dans un tel projet de vie, il importe de se poser les bonnes questions sur ses aspirations et ce que l’on souhaite et accepte comme contraintes.

Comments are closed.